Livret des messes en UP

N’oubliez pas de mettre votre téléphone en mode avion !!!

I. L’OUVERTURE DE LA CELEBRATION de la messe des familles du 4 février

Chant d’entrée:

Venez, chantons notre Dieu, lui, le Roi des cieux,
Il est venu pour sauver l’humanité et nous donner la vie.
Exulte pour ton Roi, Jérusalem, danse de joie !

Il est venu pour nous sauver du péché,
Exulte Jérusalem, danse de joie !
Oui, par sa mort, tous nous sommes libérés,
Exulte Jérusalem, danse de joie !

S’il est venu, ce n’est pas pour nous juger,
Exulte Jérusalem, danse de joie !
Mais seulement pour que nous soyons sauvés,
Exulte Jérusalem, danse de joie !

 Kyrie:

Seigneur prends pitié, prends pitié de nous.
Ô Christ prends pitié, prends pitié de nous.
Seigneur prends pitié, prends pitié de nous.

Gloria

Gloire à toi, ô Dieu notre Père,
Gloire à toi Jésus-Christ venu nous sauver.
Gloire à toi, Esprit de lumière,
Trinité Bienheureuse, honneur et gloire à toi !

(Hommes) Père des Cieux, Père infiniment bon, Tu combles tes enfants de tes dons.
(Femmes) Tu nous as faits et nous t´offrons nos cœurs, nous te bénissons, nous croyons en toi Seigneur !

(H) Jésus Sauveur, et Fils du Dieu vivant, que s´élève vers toi notre chant.
(F) Ton cœur ouvert nous donne à contempler l´amour infini dont le Père nous a aimés.

(H) Esprit de Dieu, Esprit de sainteté, Tu nous conduis à la vérité.
(F) Descends sur nous éclairer nos chemins. Sois le maître en nous, et fais de nous des témoins.

II. LA LITURGIE DE LA PAROLE

1ère lecture::

« Je ne compte que des nuits de souffrance » (Jb 7, 1-4.6-7)

Lecture du livre de Job

Job prit la parole et dit : « Vraiment, la vie de l’homme sur la terre est une corvée,
il fait des journées de manœuvre.
Comme l’esclave qui désire un peu d’ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n’ai en partage que le néant, je ne compte que des nuits de souffrance.
À peine couché, je me dis : “Quand pourrai-je me lever ?”
Le soir n’en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu’à l’aube.
Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s’achèvent faute de fil.
Souviens-toi, Seigneur : ma vie n’est qu’un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. »

2ème lecture::

« Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16-19.22-23)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
annoncer l’Évangile, ce n’est pas là pour moi un motif de fierté, c’est une nécessité qui s’impose à moi.
Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile !
Certes, si je le fais de moi-même, je mérite une récompense.
Mais je ne le fais pas de moi-même, c’est une mission qui m’est confiée.
Alors quel est mon mérite ?
C’est d’annoncer l’Évangile sans rechercher aucun avantage matériel, et sans faire valoir mes droits de prédicateur de l’Évangile.
Oui, libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous afin d’en gagner le plus grand nombre possible.
Avec les faibles, j’ai été faible, pour gagner les faibles.
Je me suis fait tout à tous pour en sauver à tout prix quelques-uns.
Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi.

Alléluia::

Il est bon de fêter notre Dieu,
Il est beau de chanter sa louange ;
Tous les peuples, jubilez,
Jubilez pour le Seigneur !

 Évangile

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre.
Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.
Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever.
La fièvre la quitta, et elle les servait.

Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.
La ville entière se pressait à la porte.
Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ;
il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube.
Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.
Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.
Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »
Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ;
car c’est pour cela que je suis sorti. »

Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

Crédo:

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers ; Le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant d’où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en l’Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen !

Prière universelle:

Un mot, une phrase, une prière pour toi Seigneur.
Un mot, une phrase, une prière, un cadeau de mon cœur.

III. LA LITURGIE EUCHARISTIQUE

Sanctus:

Saint ! Saint ! Saint !
Saint le Seigneur, Dieu de l’univers ! (bis)

Le ciel et la terre sont remplis de ta gloire,
Hosanna, hosanna, au plus haut des cieux ! (bis)
Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur,
Hosanna, hosanna, au plus haut des cieux ! (bis)

Anamnèse:

Christ est venu, Christ est né.
Christ a souffert, Christ est mort.
Christ est ressuscité : Christ est vivant !
Christ reviendra, Christ est là. (bis)

Doxologie:

Amen, amen, Gloire et louange à notre Dieu! (bis)

Notre Père: récité

Notre Père qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite
Sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal. Amen !

IV LA LITURGIE DE LA COMMUNION

Agnus Dei:

Toi l’agneau de Dieu, Parole pour les vivants,
Lumière, soleil levant,
Prends pitié de nous, prends pitié de nous !

Toi l’agneau de Dieu, Parole de vérité,
Lumière d’éternité,
Prends pitié de nous, prends pitié de nous !

Toi l’agneau de Dieu, Parole d’un vent nouveau,
Lumière venue d’en haut,
Donne -nous la paix, donne-nous la paix !

Communion:

Tu entends mon cri, tendre Père,
Toi l’infinie miséricorde
Je m’appuie sur toi, je t’espère,
Parle Seigneur, mon coeur est prêt.

Comme l’or au creuset, purifie mon coeur
Ne m’abandonne pas.
Par l’eau et par le feu, renouvelle-moi,
Revêts-moi de ta joie.

Sans crainte devant toi, je remets ma vie,
Ne m’abandonne pas.
Montre-moi ton chemin affermis mes pas,
Revêts moi de ta joie.

Au plus fort de la nuit reste près de moi,
Ne m’abandonne pas.
Je choisis la clarté car j’aime ta loi
Revêts moi de ta joie.

Chant de sortie:

Je voudrais marcher aux côtés de mon Seigneur,
sur le chemin, qui mène à Dieu.
Rien ne pourra m’empêcher, j’irai jusqu’au bout !

C’est le chemin de la paix,
C’est le chemin du Seigneur,
Ne voudrais-tu pas y marcher toi aussi ?